"Windows look out onto the world. They are pretty and help you feel less alone." - The Machine.

Words: N. Cohen, S. Woods,afi 
Singer: Daisy Daze 
Musical accomplishment: Bumble Bees 
Copyright: 1979 RCA

Notes: 1st TV series italian opening and ending theme (italian title series: “Le avventure di “Lupin III” “)

vicemag:

Off Hollywood: LeVar Burton
In a world of ever-increasing cynicism, LeVar Burton continues to influence a better tomorrow. Born during the height of the civil rights movement, he pretty much seemed destined to make a positive difference from the time he was a teenager. At 19 years old, LeVar made a powerful television debut in the mini-series adaptation of Alex Haley’s Roots: The Saga of an American Family, which helped cultivate a new understanding of the condition of the American slave.
In addition to his career as an actor, LeVar has dedicated the last 30 years of his life to fostering a love of reading in children as the host of Reading Rainbow. “Being the son of a school teacher,” he says, “I was raised with the notion you are what you read as much as what you eat.”
I recently sat with LeVar in his office—surrounded by healing crystals, sage, and his shiny gold Emmy—to discuss his career, Google Glass versus Geordi LaForge’s “Visual Instrument and Sensory Organ Replacement,” and if he ever feels like being an asshole.
VICE: You made your television debut in 1977 in the role of Kunta Kinte, a young man unwillingly brought to America, who—despite serving many years as a slave—never lost the connection to his African heritage. How did you prepare for such a weighted role?LeVar Burton: I was a college student at the time, studying theater at the University of Southern California. In terms of my readiness as an actor, I was already living the actor’s life, busy dedicating myself to studying this craft. When I read Kunta for the first time, I knew who this kid was. I knew the innocence and the rage. I have no other way of explaining it: I felt like I’d been preparing to play Kunta my whole life.
Roots was a huge success. Today it remains the third highest-rated mini-series of all time. How did this affect you personally?It was overwhelming to be a part of a piece of entertainment that holds that much power.Roots was weird for me specifically, because it was personal as well as public.  With its success, my whole world shifted—I went from being a theater student to the cover of TV Guide. The reason it continues to have tremendous impact on the nation is that it speaks to the hearts of people who value the concept of freedom. Kunta represents the indomitability of the human spirit, and the idea that we are all born free no matter what the circumstance. So yeah, those aren’t the kind of shoes you fit into perfectly at 19 years old. You grow into them. It’s taken me my entire career to tap into the riches of that experience.
Why did it take a television mini-series to help create a better understanding of slavery in America?It’s the power of moving pictures when they are combined with sound! Human beings are predisposed to gather the full spectrum of information in a shared experience. It gets our attention, and the information easily penetrates the deepest levels of our consciousness. The experience of watching Roots on television helped people develop empathy towards the condition of the slave. It was an awareness our country needed for genuine healing to take place. 
Continue

"Nous sommes aux Etats-Unis, à la fin du mois de janvier 1977, une semaine peu ordinaire où, chaque soir, commerces et cafés voient fondre leur clientèle de manière spectaculaire. Entre 80 et 130 millions d’Américains qui désertent la rue pour foncer devant leur petit écran, cela ne passe pas inaperçu. L’objet de cette frénésie ? Racines, une mini-série d’ABC, adaptation du roman d’Alex Haley écrit à partir d’une longue recherche généalogique. Quatorze ans à peine après la grande marche sur Washington pour les droits civiques, dix ans après les émeutes raciales de l’été 1967, l’Amérique se passionne pour une saga retraçant sur sept générations les souffrances et les espoirs d’une famille descendante d’un esclave. Et c’est un choc : pour la première fois, la force des images, accessibles au plus grand nombre, vient réveiller les consciences (et un sentiment de culpabilité larvée ?) sur cette page sombre et occultée de l’Histoire.Arte rediffuse cette semaine Racines dans le cadre d’un cycle sur le combat pour l’émancipation des Noirs américains (1)… Un choix logique et pertinent ? La question se pose. Car, malgré son succès, Racines est loin d’être la grande œuvre télévisuelle qu’un tel sujet méritait. Si elle ose une certaine brutalité, la saga d’Alex Haley s’inscrit dans la tradition de la fresque hollywoodienne, vision manichéenne et romantique sans grande rigueur historique (2). Déjà, en 1978, lors de sa première diffusion en France dans le cadre des Dossiers de l’écran (pas moins de trois débats lui furent consacrés), la critique n’avait pas été tendre. « Les images veulent avoir l’air noires, mais elles sont blanches. Pour traiter un tel sujet, il aurait fallu sortir des modes de production habituels », lisait-on dans Télérama (3). « Racines permet de réintroduire les archétypes de l’homme qui défend chèrement sa liberté et retrouve son honneur dans l’épopée pionnière. Les Noirs sont enfin assimilables dans la démocratie américaine et avec elle s’effacent les différences qui fondent leur spécificité », fustigeait Libération. François Nourissier renchérissait dans Le Figaro: « Il est étrange que l’Amérique, qui peint la violence avec une manière de génie, ne produise que cette bluette avec pareil matériau… Ce n’est pas un film de dénonciation, à peine un exorcisme : c’est un alibi. »Trente ans plus tard, rien ne semble pourtant ternir l’image de ce feuilleton culte de la culture populaire américaine. Qu’Alex Haley, mort en 1992, ait été convaincu de plagiat, qu’il ait lui-même reconnu avoir inventé une partie de sa généalogie n’a en rien effacé le souvenir ému de millions de téléspectateurs. Pour bon nombre de Noirs américains, Kunta Kinte, cet ancêtre imaginaire, esclave attaché jusqu’à la mort à ses racines africaines, reste un emblème.« La fiction permet de mettre des images et des symboles sur un mot vide de sens pour beaucoup de personnes », explique Myriam Cottias, historienne spécialiste de l’esclavage et co-auteur de Tropiques amers, première série française à aborder la question de l’esclavage aux Antilles (diffusée il y a un an sur France 3). « Transformer des faits pour les rendre plus parlants à l’image ne me choque pas quand il ne s’agit pas de les détourner. » Revoir Racines, en France aujourd’hui, a t-il un sens alors que le débat historique sur l’esclavage et la colonisation fait polémique ? « Les Etats-Unis ont pratiqué l’esclavage sur les terres américaines, dans le cadre de leur société. Les enjeux sont très différents, explique Myriam Cottias. Il aurait fallu accompagner sa diffusion d’un débat, d’une présentation pour éviter toute confusion. »
Isabelle Poitte - Telerama.

vicemag:

Off Hollywood: LeVar Burton

In a world of ever-increasing cynicism, LeVar Burton continues to influence a better tomorrow. Born during the height of the civil rights movement, he pretty much seemed destined to make a positive difference from the time he was a teenager. At 19 years old, LeVar made a powerful television debut in the mini-series adaptation of Alex Haley’s Roots: The Saga of an American Family, which helped cultivate a new understanding of the condition of the American slave.

In addition to his career as an actor, LeVar has dedicated the last 30 years of his life to fostering a love of reading in children as the host of Reading Rainbow. “Being the son of a school teacher,” he says, “I was raised with the notion you are what you read as much as what you eat.”

I recently sat with LeVar in his office—surrounded by healing crystals, sage, and his shiny gold Emmy—to discuss his career, Google Glass versus Geordi LaForge’s “Visual Instrument and Sensory Organ Replacement,” and if he ever feels like being an asshole.

VICE: You made your television debut in 1977 in the role of Kunta Kinte, a young man unwillingly brought to America, who—despite serving many years as a slave—never lost the connection to his African heritage. How did you prepare for such a weighted role?
LeVar Burton: I was a college student at the time, studying theater at the University of Southern California. In terms of my readiness as an actor, I was already living the actor’s life, busy dedicating myself to studying this craft. When I read Kunta for the first time, I knew who this kid was. I knew the innocence and the rage. I have no other way of explaining it: I felt like I’d been preparing to play Kunta my whole life.

Roots was a huge success. Today it remains the third highest-rated mini-series of all time. How did this affect you personally?
It was overwhelming to be a part of a piece of entertainment that holds that much power.Roots was weird for me specifically, because it was personal as well as public.  With its success, my whole world shifted—I went from being a theater student to the cover of TV Guide. The reason it continues to have tremendous impact on the nation is that it speaks to the hearts of people who value the concept of freedom. Kunta represents the indomitability of the human spirit, and the idea that we are all born free no matter what the circumstance. So yeah, those aren’t the kind of shoes you fit into perfectly at 19 years old. You grow into them. It’s taken me my entire career to tap into the riches of that experience.

Why did it take a television mini-series to help create a better understanding of slavery in America?
It’s the power of moving pictures when they are combined with sound! Human beings are predisposed to gather the full spectrum of information in a shared experience. It gets our attention, and the information easily penetrates the deepest levels of our consciousness. The experience of watching Roots on television helped people develop empathy towards the condition of the slave. It was an awareness our country needed for genuine healing to take place. 

Continue

"Nous sommes aux Etats-Unis, à la fin du mois de janvier 1977, une semaine peu ordinaire où, chaque soir, commerces et cafés voient fondre leur clientèle de manière spectaculaire. Entre 80 et 130 millions d’Américains qui désertent la rue pour foncer devant leur petit écran, cela ne passe pas inaperçu. L’objet de cette frénésie ? Racines, une mini-série d’ABC, adaptation du roman d’Alex Haley écrit à partir d’une longue recherche généalogique. Quatorze ans à peine après la grande marche sur Washington pour les droits civiques, dix ans après les émeutes raciales de l’été 1967, l’Amérique se passionne pour une saga retraçant sur sept générations les souffrances et les espoirs d’une famille descendante d’un esclave. Et c’est un choc : pour la première fois, la force des images, accessibles au plus grand nombre, vient réveiller les consciences (et un sentiment de culpabilité larvée ?) sur cette page sombre et occultée de l’Histoire.

Arte rediffuse cette semaine Racines dans le cadre d’un cycle sur le combat pour l’émancipation des Noirs américains (1)… Un choix logique et pertinent ? La question se pose. Car, malgré son succès, Racines est loin d’être la grande œuvre télévisuelle qu’un tel sujet méritait. Si elle ose une certaine brutalité, la saga d’Alex Haley s’inscrit dans la tradition de la fresque hollywoodienne, vision manichéenne et romantique sans grande rigueur historique (2). Déjà, en 1978, lors de sa première diffusion en France dans le cadre des Dossiers de l’écran (pas moins de trois débats lui furent consacrés), la critique n’avait pas été tendre. « Les images veulent avoir l’air noires, mais elles sont blanches. Pour traiter un tel sujet, il aurait fallu sortir des modes de production habituels », lisait-on dans Télérama (3). « Racines permet de réintroduire les archétypes de l’homme qui défend chèrement sa liberté et retrouve son honneur dans l’épopée pionnière. Les Noirs sont enfin assimilables dans la démocratie américaine et avec elle s’effacent les différences qui fondent leur spécificité », fustigeait Libération. François Nourissier renchérissait dans Le Figaro: « Il est étrange que l’Amérique, qui peint la violence avec une manière de génie, ne produise que cette bluette avec pareil matériau… Ce n’est pas un film de dénonciation, à peine un exorcisme : c’est un alibi. »

Trente ans plus tard, rien ne semble pourtant ternir l’image de ce feuilleton culte de la culture populaire américaine. Qu’Alex Haley, mort en 1992, ait été convaincu de plagiat, qu’il ait lui-même reconnu avoir inventé une partie de sa généalogie n’a en rien effacé le souvenir ému de millions de téléspectateurs. Pour bon nombre de Noirs américains, Kunta Kinte, cet ancêtre imaginaire, esclave attaché jusqu’à la mort à ses racines africaines, reste un emblème.

« La fiction permet de mettre des images et des symboles sur un mot vide de sens pour beaucoup de personnes », explique Myriam Cottias, historienne spécialiste de l’esclavage et co-auteur de Tropiques amers, première série française à aborder la question de l’esclavage aux Antilles (diffusée il y a un an sur France 3). « Transformer des faits pour les rendre plus parlants à l’image ne me choque pas quand il ne s’agit pas de les détourner. » Revoir Racines, en France aujourd’hui, a t-il un sens alors que le débat historique sur l’esclavage et la colonisation fait polémique ? « Les Etats-Unis ont pratiqué l’esclavage sur les terres américaines, dans le cadre de leur société. Les enjeux sont très différents, explique Myriam Cottias. Il aurait fallu accompagner sa diffusion d’un débat, d’une présentation pour éviter toute confusion. »

Isabelle Poitte - Telerama.

theparisreview:

Part one of Franz Kafka’s A Country Doctor anime short film by Kōji Yamamura, voiced by kyōgen actors of the Shigeyama house. Click the links for part two and part three of the short film.

Bravo ! *clap clap clap !* Bravo *clap clap clap !*

*Courbette*

Roy Ayers - Everybody Loves The Sunshine
3,841 plays

itrustmusic:

Roy Ayers - Everybody Loves The Sunshine